Chansons (paroles gallo)

La complainte du courou d'niteye

(Paroles & musique Hubert Goger )

Refrain -
        Qand je seu rentreu seuï nous, j’a ben vu qu’c’euteu dimanche
        Les vaches n’eutayent point tireyes, les pourcets breuyaïent vengeance
        Je tenaye à pene su’ bout qand je seu rentreu seuï nous !

Couplet 1 -
    Je renteure dans la cour, Je bûte dans l’tas d’fumieu
    E v’la les poules q’accourent, e s’mettent à m’picoreu.
    Mais je me r’leuve d’un coup, j’renteure dans la meïson
    j’seu ‘core à métieu sou, ma teïte est coumme en plomb.

Couplet 2 -
    La patronne est dans l’lë, assise en train d’m’attend’
    O m’incendie d’beutises, alors j’sors en courant
    Mains je m’sens si fâilli, qe je degobille
    En plein su’ mes breyes grises, e mon biaw polo bian !

Couplet 3 -
    Je donne du grain es g’nisses e du fein es pourciaux
    Mais v’la t-y pâs que j’glisse, je cheu dans un seyaw...
    Gertrude vieu qu’c’est fini quand o r’vient d’la mésse
    «c’est pâs en boëte de nit que l’betail engraisse !»

        Refrain -
        Je tenaye à pene su’ bout quand je seu rentreu seuï nous ! (Bis)
        Je tenaye à pene su’ bout... mains j'seu qand méme rentreu sey nous !

Souvenance

(Paroles & musique Hubert Goger )

Couplet 2
Du temps ‘you qu’nos perents m’nayent les bétes à coups d’triques
Buvaillent lou monvais cit’ accoudeus au qhu des veilles barriques
Lous’outils su’ l’epawle, partaillent au point du jou’,
Dans les kios emodeu les fousseus ou piqueu des rangs d’choux.

Refrain
        J’ons souv’nance du temps
        J’etions coumme des oesets pris dans l’ven
        J’ons souv’nance du temps...
        Ni boudets, ni coqhins, bé vivants.

Couplet 2
Du temps ‘you qu’les voézins e diqu’à la nuit noaire
V’nayent autour du fouyeu nous conteu lous histoères
Quand les r’yons du soula perçayent dans la brumasse
J’partions courre par les rotes detrempeyes, pleins des réves qu’on pourchasse

Couplet 3
Du temps ‘you qu’les jeudis nous emm’naillent gares e filles
Sous les roches des etangs, s’attrapaillent les guernettes les anghilles.
On grimpeu dans les cheynes, tous les p’tits, les chiant-hannes,
Denichant des méles ou des conhnies, qhuteu dans nos cabanes.

SOUVENANCE : chanson gallaise au Ukulele (cover)

Mon p’tit barraw

(Paroles Hubert Goger -  Musique Ewan MacColl - 1949)

 

Couplet 1-

Qand q’y feu chaw, en mitan d’rayssieye,

Au qhu du tonniaw, la porte ben crouilleye,

J’remplis mon barraw apreye tchoqes boleyes

Eu j’pars do ma faw e mon p’tit barraw.

 

Couplet 2-

Pour batt’ le bleu, feure véleu eune vache,

Pour fagotteu, piqeu des pataches,

On n’sreut point des chefs si q’on qeurvreu d’soêf.

On n’bait point d’iaw do mon p’tit barraw !

 

Couplet 3-

Quand j’voyaïge assis su l’dos d’ma jument,

L’emmneu s’feure sailli au ch’va à P’tit Jean,

Au p’tit jou’ en route j’saque eune petite goutte ;

Y m’tient ben chaw mon p’tit barraw. 

 

Couplet 4- 

Qand mon heure s’ra v’nue, apreye tant e tant d’boleyes,

Qand l’Bon Dieu (ou un awt’ mannetchin) 

Viendra m’q’rit pour m’emm’neu seuy lû, j’y direu :

«Eucoutes-ma don’ ta, j’vieu ben t’sieud’, 

mains j’emmeune qante-ma : mon p’tit barraw, mon p’tit barraw.

Les emmanches à BBert (Ah, Dame Bon Diou !)

(Paroles Hubert Goger - d’après «les Élucubrations» d’Antoine)

Couplet 1-
        Ma meure m’a dit «va t’coupeu les paillaws»
        C’est point la peune : j’n’eu p’us rin su’ la piaw.
        Pour m’coeffeu eu pour m’mette biaw
        j’prends eune euponge do un p’tit qua d’iaw !
Ah, Dame Bon Diou !         
     
Couplet 2-
        Si je huche des chansons en gallo
        c’est point pass’que j’eu bu d’l’alcool,
        Quand j’taye p’tit, j’courraye dans les quios
        p’utôt qu’m’embarreu dans lous z’eucoles !
Ah, Dame Bon Diou !
              
Couplet 3-
        Quand j’fis du fin dans un quio en pente,   
        l’anneye dernieure ça m’fit point des rentes :
        tous les roun’balleurs devalîttent d’en haw,
        cassîtent mon tracteur, m’eucrasîtent t’ois viaws !
Ah, Dame Bon Diou !
         
Couplet 4-
        La Bianchette a véleu d’un viaw,
        eune drôle de beyte qui n’a ni tcheu ni teyte.
        On n’pourra méme point vend’ la piaw
        do l’z’ecailles qui r’couv’ les arétes !
Ah, Dame Bon Diou !
                       
Couplet 5-   
        V’là en vacances un d’mes cousins,
        un sapreu villotin qui s’crêt ben malin.
        — T’as une vache qui n’a qu’un trayon
        — Mains c’est not’ torrêt, mawdit grand couillon !»     
Ah, Dame Bon Diou !
         
Couplet 6-
        Si je m’pouille en agriculteur,
        c’est pour montreu au monde d’à c’t’heure
        un p’tit peysan : eune drôle de beyte
        qui va (ventieye) bêtôt disparait’.                  
Ah, Dame Bon Diou !

Les emmanches à Bébert (d'après Antoine)

100 000 wagonnéyes de remeudes

(Musique : traditionnel irlandais (Wild Rover)  - paroles : H.Goger)
   
Couplet 1 -
    Si tu t’sens point dispo, le matin t’reveillant,
    ti’as ‘teu courre les bistrots toute la journeye d’avant.
    Pour te r’mette d’aplomb, j’eu des r’meudes tant qu’t’en vieu
    Le pharmacien d’ sez nous, y n’a point trouveu mieux !

Refrain -
        “100 000 wagonnéyes d’bon Dieu !””
        Apreye un chaw feurdi,
        ene bonne goutte rechaoffe la piaw,
        ça deucape les bouyaws !
 
Couplet 2 -
    Si ti as pris ene bonne qhuite eu ti’as mal es orailles,
    bai don qhoques boleyes d’cite, au moins 2, 3 boutailles.
    Du pain, du bieurre, du lard, do 1 lit’ de pinard,
    ça n’est point degheulasse, ça te r’met l’qhœur à place.
       
Couplet 3 -
    Si tu vieux ét’ costaud, n’ prend point d’E. P. O.
    Du cap’lan, d’la morue, e te v’la bé qhœuru.
    4 ou 5 muscadets derrieure le subiet,
    1 verre de flip ben chaw pour te rinceu l’palais.

BBertHuchait "100 000 Vagonneyes"

J'eu d'la veyne (d'après le tube de Jauni Alité)

Qant ta goule est toute sale coumme ene teyte de pourcet,
Qant pousse tout plen d'grosses gales su tes fésses e tes genoués...

Comme tu pâsses ton temps à baire du cit ou d'z'alcools forts,
Ça t'rend les dents toutes noaires e ton ney multicolore !
Mains...
J'eu d'la veyne, j'eu d'la veyne...

(yan, j'eu tout coumme d'la veyne de t'ava pour feure l'ouvrayge e la tambouille, depocrasseu le linge, soégneu les beytes, balieu la piace...)

Qant-on vait ta coéfure, pegneye coumme un tâs d'brousses,
Qant su toute ta fighure, plein de gros boutons poussent...

Qant leuz'awtes te trouvent moche, ti'as les pattes toutes tordues
E t'y es grâsse coumme ene loche, jamay je n'sreu coqhu !
Ah yan...
J'eu d'la veyne, j'eu d'la veyne...

Parodie paysanne de Jauni Alité par BBbertHuchait

LES ROIS DU PALET

Paroles Hubert Goger -  Musique Hubert Goger/Jean Denis Toumit

        
Couplet 1 -
    L’apreye-meudi, l’dimanche, à peune fini l’poulet,
    Je sors bé vite ma pianche, c’qui m’demanche c’est l’palet.
    J’grimpe do mes pieuces dans l’fond de ma «Mini Comtesse»,
    Sans peurmis j’roule à fond, j’n’eu point pou d’la vitesse !

    A toute beurzingue dans l’bourg, vers la piace de l’euglise,
    C’est là que n’y a l’concours, deyjà tchoques pianches sont mises.
    Je m’approche du podium, pis j’m’inscrit en doublette,
    Pour trouveu mon aoutr’homme, j’m’invite à la buvette.

Refrain - 
Mînmes quand je seu p’us eutanche, je n’rate jameye la pianche,
De toute la reugion au palet j’seu...  champion !

Couplet 2 -
    J’eutchipe do l’peure «La Chique», on a l’numeurot 13,
    «La Chique» c’est un loustic, c’est l’sien qu’a un ney d’fraise.
    Un p’tit verre pis c’est parti pour la premieure partie,
    Je vise eu j’lance le p’tit ; pour nous c’est garanti !

    L’eutchipe cont’ qui on jousse : des rigolots d’tchermesse
    Qui bévent eune petite goutte avant châque lanc’rie d’pieuces.
    ‘Sont bé d’trop malhabiles eu ratent souvent la pianche,
    Ça n’s’ra point difficile pour nous d’gangneu la premieure manche.


Couplet 3 -
    Avant d’joueu eun’aout’ partie on r’tourne baire du pinard,
    (Faut bé mieux se r’caoupi avant qui n’seuche trop tard !)
    J’sens ben la camionnette ! Faut qu’j’satisfeu mon vice,
    J’commande eu j’peuye tout net 2 grosses galettes-saoucisses.

    Ca qui m’prend p’tit à p’tit, c’est quand j’feu d’z’eufforts 
    Qu’ça m’ouveure l’appeutit (l’palet, ça c’est du sport !).
    Mains mon coeuquipieu, li reusse à bouaire un coup,
    Passqu’y n’vieut point mangeu sinon y rat’reu tout.


Couplet 4 -
    Mînmes si on est tous bé ronds, l’z’eutchipes cont’ qui on jousse,
    Faut pourtant dire qu’y n’ont point l’tchu sorti des brousses !
    Y n’font qu’rateu la pianche eu d’mette’ les pieuces autour,
    Ca n’s’ra point trop d’emmanches pour nous d’gangneu l’concours.

    Les prix c’est point pour yeux, ça s’ra pour nous l’p’us biaou
    Les boutailles de mousseux ou la grosse teyte de viaou.
    L’apreye-meudi, l’dimanche, à peune fini l’palet,
    J’ramâsse bé vite ma pianche eu j’va m’rinceu l’palais !

Refrain - 
Mînmes quand on est p’us eutanche, on n’rate jameye la pianche,
De toute la reugion au palet on est... ... les champions !

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site